35 élèves par classe, port du masque dès 6 ans… L’impossible protocole dans l’Éducation nationale

Dans l’Éducation nationale, enseignants, parents d’élèves et lycéens se mobilisent face aux conditions à géométrie variable et souvent déplorables dans lesquelles les cours doivent se tenir depuis la rentrée, lundi 2 novembre.

En cause, le protocole sanitaire dit “renforcé” et mis en place par le ministère dirigé par Jean-Michel Blanquer, inapplicable en raison du manque de moyens matériels et humains pour faire face à l’épidémie.

Bien entendu, élèves et enseignants ont respecté la minute de silence en hommage à Samuel Paty, dans toutes les écoles, tous les collèges et lycées, lundi matin. L’ignoble et lâche assassinat de ce professeur d’histoire, géographie et enseignement moral et civique (EMC) a entraîné un mouvement de solidarité de tous les travailleurs de France à l’égard de cette profession, dont la difficulté fut terriblement rappelée à l’aube des vacances de la Toussaint.

Ce même élan solidaire doit prévaloir aujourd’hui que les conditions d’enseignement, de travail pour les personnels et d’instruction pour les élèves s’avèrent inacceptables, avec 35 élèves par classe“, “des couloirs étroits“, faisant courir le “risque de se faire contaminer, témoigne Anaëlle, élève en terminale à Besançon.

Dans le Doubs, le Nord, la Loire-Atlantique, la Seine-Maritime, le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis comme en Corse, des enseignants ont voté la grève ou ont exercé leur droit de retrait tandis que des élèves ont organisé le blocage de leurs lycées. Le président de l’Union nationale lycéenne (UNL) Mathieu Devlaminck résume : “la situation sanitaire n’est pas tenable“.

On est dans un lycée avec des classes de 35, tous collés” témoigne une lycéenne ; “On a des toutes petites salles. La cantine est toute petite, sans aération et on mange sans les masques… Donc, ce qu’on demande, c’est un nouveau protocole sanitaire qui permettrait aux professeurs de dédoubler leurs classes” abonde un de ses camarades.

Côté enseignants, c’est la même consternation face au caractère tout bonnement impraticable du protocole sanitaire exigé par le ministère. Les professeurs des écoles, les enseignants des collèges et leurs collègues des lycées font état de l’impossibilité de mettre en œuvre les directives venues des rectorats, sous l’autorité directe de Jean-Michel Blanquer.

Dès cette rentrée, ne confinons pas nos revendications titre la CGT Éduc’Action, qui réunit des enseignants et des personnels administratifs et techniques de l’Éducation naationale. Le protocole “renforcé“, qui demande entre autres le port du masque aux élèves dès 6 ans, “ne change rien” selon le syndicat. “Sans réduction des effectifs et sans conditions matérielles supplémentaires pour les personnels, il est impossible de faire respecter tous les gestes barrières.

Ouverture des établissements scolaires : la santé et la sécurité ne sont pas en option !” est intitulé le communiqué de presse du SNES-FSU, syndicat majoritaire des enseignants du second degré (collèges et lycées). “Une fois de plus, une fois de trop, le gouvernement montre son peu de considération pour l’Éducation nationale, ses personnels et ses élèves.” (…) “Aujourd’hui alors que, selon les propres mots du président de la République, la deuxième vague de l’épidémie s’annonce pire que la première, l’incurie du gouvernement est insupportable” poursuit le communiqué daté du 29 octobre.

En l’absence de réponse du ministre Blanquer, qui se perdait en conjectures sur l’hommage à rendre à Samuel Paty, les professeurs ont logiquement débrayé et voté la grève ou fait valoir leur droit de retrait dans de nombreux établissements aux quatre coins de la France. Nous suivrons, ici, avec attention, les suites données à ce mouvement, qui se poursuivra a minima jusqu’au samedi 7 novembre.

Benoit Delrue, le 3 novembre 2020

Visuel partagé par Les Stylos Rouges de Seine-Saint-Denis, qui demande la démission du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer

Une réponse sur “35 élèves par classe, port du masque dès 6 ans… L’impossible protocole dans l’Éducation nationale”

  1. Arrêtez avec votre virus de la peur! Vous n’avez pas encore compris que nous sommes dans un mensonge d’état.
    Ce 2 ème confinement en est une preuve flagrante. Seuls les petits commerces sont impactés !!!
    Je soutiens votre grève si elle estte POUR ARRETER CETTE MASCARADE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *